Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Le Temple
Mar 27 Mar - 15:37 par Isa_vhada

» DHAMMAPADA
Lun 26 Mar - 3:53 par Isa_vhada

» RAMEAUX
Dim 25 Mar - 23:39 par Isa_vhada

» ECLAT
Mer 21 Mar - 20:27 par Isa_vhada

» AMMA
Mer 21 Mar - 20:18 par Isa_vhada

» OSTARA
Mer 21 Mar - 19:09 par Isa_vhada

» OSTARA
Mer 21 Mar - 19:08 par Isa_vhada

» SAGESSE ETERNELLE
Mer 21 Mar - 18:23 par Isa_vhada

»  APRES L'HIVER BON PRINTEMPS
Mer 21 Mar - 18:13 par Isa_vhada

Partenaires
Forum gratuit



Tchat Blablaland


Avril 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30      

Calendrier Calendrier


La Société celtique

 :: DRUIDISME :: Divers

Aller en bas

La Société celtique

Message  Isa_vhada le Mar 25 Nov - 8:45

La société celtique







Les sources grecques et romaines, complétées et enrichies par les récits mythologiques irlandais du Moyen Âge, nous ont révélé la structure de la société celtique.

Conformément au schéma de l'idéologie tripartite des Indo-Européens, telle qu’elle a été développée par Georges Dumézil, celle-ci se compose de trois classes aux fonctions bien définies :

  • La classe sacerdotale qui possède le Savoir et fait la Loi ; elle administre le sacré et le religieux
  • La classe guerrière qui gère les affaires militaires sous le commandement du roi
  • La classe des producteurs (artisans, agriculteurs, éleveurs, etc.) qui doit subvenir aux besoins de l’ensemble de la société et en priorité ceux des deux autres classes



avatar
Isa_vhada
5 étoiles
5 étoiles

Nombre de messages : 498
Date d'inscription : 25/10/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Société celtique

Message  Isa_vhada le Mar 25 Nov - 8:50

La classe sacerdotale





  • le mot druide est un terme générique qui s’applique à tous les membres de la classe sacerdotale, dont les domaines d’attribution sont la religion, le sacrifice, la justice, l’enseignement, la poésie, la divination, etc. Une première catégorie s’occupe plus particulièrement de la « théologie ».
  • le barde est spécialisé dans la poésie orale et chantée, son rôle est de faire la louange, la satire ou le blâme.
  • le vate est un devin, il s’occupe plus particulièrement du culte, de la divination et de la médecine. Les femmes participent à cette fonction de prophétie (telles les Gallisenae de l'Île-de-Sein).


Le rôle du barde





Appartenant à la classe sacerdotale, le barde est un druide (de « dru-wid-es » qui signifie « très savants ») qui, dans la hiérarchie, vient en second rang derrière les « théologiens ».
Ses fonctions sont donc obligatoirement religieuses pour des domaines qui de nos jours relèvent du profane.

Ses spécialisations principales sont : l’histoire et généalogie (lignage des souverains et des familles nobles), la poésie (mythologie et épopées), la louange, la satire et le blâme (gouvernement de la société). La musique et le chant étant les arts de leur fonction.

Le barde a survécu jusqu’au Moyen Âge, mais son rôle s’est considérablement altéré pour n’être plus que celui d’un poète de cours, d’un conteur, sans connotation religieuse et sacrée.




.
avatar
Isa_vhada
5 étoiles
5 étoiles

Nombre de messages : 498
Date d'inscription : 25/10/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Société celtique

Message  Isa_vhada le Mar 25 Nov - 8:55

Le « file » en Irlande





En Irlande le file (pluriel filid) est le druide qui a pris le plus d'importance.


Le sens du mot est voyant, il est synonyme de « poète » avec le sens sacré inhérent

à son rôle et aux pratiques magiques et divinatoires.

D'après les textes de la littérature médiévale, consacrés à l’Antiquité celtique,

le file assume les fonctions de voyant, de devin, de magicien, d'historien, de satiriste

et de juge.

Hiérarchiquement, il est plus élevé que le barde et ses pouvoirs sont plus étendus.

De plus il maîtrise l'écriture oghamique.

Cette catégorie druidique était ouverte aux femmes, puisque l'on rencontre

des bàn-file (femme-poète) et des bàn-fhàid (femme-prophète).

Le file pratique notamment la geis, une incantation magique qui induit

une obligation ou un interdit et le glam dicinn

.


.
avatar
Isa_vhada
5 étoiles
5 étoiles

Nombre de messages : 498
Date d'inscription : 25/10/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Société celtique

Message  Isa_vhada le Mar 25 Nov - 9:04

La société celtique


Qu'est-ce que l'Europe ? Quelle place y a occupé la Gaule, du point de vue de la civilisation ? Avant la modernité et l'occidentalisation, y-a-t-il une spécificité des sociétés européennes ? C'est en partie pour répondre à ces questions qui se posent à nous avec toujours plus d'acuité que nous vous proposons cette réflexion sur la société celtique antique, principalement pour la Gaule des IIIème-Ier siècles av. J.-C. Mais c'est aussi, bien sûr, plus simplement pour satisfaire notre soif de redécouvrir les racines de notre civilisation.



LA SOCIÉTÉ GAULOISE

Organisation de la société celtique

L’organisation sociale qui régissait la société celtique ancienne était basée sur sa division de type horizontal en trois classes, suivant la classification dégagée par Georges Dumézil pour les sociétés indo-européennes : la classe sacerdotale et religieuse, la classe guerrière et royale, et la classe productrice.



La classe sacerdotale comprenait les Druides, les Bardes et les Vates.
La classe guerrière et royale comprenait le Roi, les Chefs et les Guerriers.



Les Rois sont élus par leurs pairs. Il peut y avoir le roi d’un peuple, le roi d’une tribu, éventuellement un roi suprême (comme à Tara en Irlande. Voir aussi, toutes proportions gardées, compte tenu des circonstances, Vercingétorix).

Les Chefs sont des chefs de clan, de contrées ou de villages et peuvent être considérés comme des rois à l’échelon local. Ils ont un rôle de protection et de maintenance de l’ordre social.
Les Guerriers enfin, dont le rôle principal est le combat.
C’est parmi eux que sont élus les Chefs suivant des critères de courage, d’art du combat, de volonté intelligente et de réussite.
C’est d’ailleurs une constante : « le véritable critère de la valeur personnelle détermine la classe à laquelle va appartenir tel ou tel individu » et le fait que les enfants étaient confiés à des tiers pour leur éducation, suivant le système du « Fosterage » facilitait la pratique qui consistait à aiguiller l’enfant vers la classe correspondant à ses qualités propres.

La classe productrice comprenait les commerçants, les artisans et les agriculteurs :
Les commerçants connaissaient souvent le grec et le latin étant donnée l’importance des échanges. Leur rôle est loin d’être négligeable puisque les exportations de fer, d’étain et de plomb, de bijoux, de vêtements et de tissus, d’objets en fer forgé, de sellerie et de produits alimentaires sont particulièrement importantes.
..
avatar
Isa_vhada
5 étoiles
5 étoiles

Nombre de messages : 498
Date d'inscription : 25/10/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Société celtique

Message  Isa_vhada le Mar 25 Nov - 9:08




Le charretier gaulois. Stèle d'époque gallo-romaine.

Les artisans sont doués d’une grande habilité.
Ils inventent et perfectionnent un grand nombre d’objets : émaux, tonneaux, charrues, moissonneuses, chars de guerre, savon, vêtements, cottes de maille.
Les maîtres forgerons jouissent d’une grande considération.
La place de l’artisan est devenue tellement éminente dans la société gauloise du Ier siècle que « l’outillage qui leur est propre est alors déposé dans la tombe à leur côté » (Alain Duval).


Les agriculteurs ont en charge l’alimentation qui provient d’une part des cultures (petits pois, fèves, lentilles, blé et autres céréales et légumineuses) et d’autre part de l’élevage (porcs et bœufs, moutons, chevaux et chiens).

On pourrait penser qu’en Gaule, la troisième classe est presque exclusivement composée des peuples autochtones, les envahisseurs celtes étant regroupés dans les deux autres mais Le Roux et Guyonvarc’h objectent :
« cette illusion ne dure que le temps de l’examen : un élément allogène quand il ne maintient pas son autonomie politique et culturelle, se désagrège, se fond dans l’ethnie majoritaire au bout de deux ou trois générations" ». Le débat reste donc ouvert.
.

avatar
Isa_vhada
5 étoiles
5 étoiles

Nombre de messages : 498
Date d'inscription : 25/10/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Société celtique

Message  Isa_vhada le Mar 25 Nov - 9:15


Essai de définition des trois classes de la société celtique

La société celtique, et rien ne peut nous laisser croire que la société gauloise échappe à cette définition, est une société de type horizontal où les trois classes sont considérées comme d ‘une utilité équivalente.


Aucune n’est censée être supérieure à l’autre et chacune a son rôle à jouer au sein de la société, « chacune est indispensable à la vie commune ».

Cette déclaration de principe est un peu tempérée par le fait que la hiérarchisation, au sein d’une classe, de ses membres en fonction de leurs mérites, entraîne, de fait, une hiérarchisation des classes les unes par rapport aux autres.

Pourtant, aucune des classes ne peut subsister sans les autres et chacune d’entre elles a véritablement des obligations par rapport aux autres : la classe sacerdotale « doit » les sacrifices, la prédiction, le prophétie et la législation .

l
La classe guerrière et royale « doit » la protection du peuple et du territoire, la générosité et le partage, la noblesse de vie et de mœurs ; la classe productrice « doit » la production de la nourriture et des matières premières , la fabrication de tous les outils et matériaux utiles à la société et la commercialisation de ces produits.

Au niveau cultuel, chaque classe a ses dieux et sa démarche propres :

la classe sacerdotale perçoit la divinité comme un reflet à s’approprier de la Sagesse, de la Connaissance et de la Science de ce qui est juste sur le plan de l’Esprit ;

la classe guerrière comme donnant la force morale et physique, la bravoure ;

la classe productrice comme apportant la santé, la fécondité végétale, animale et humaine, l’abondance, la sensualité et la beauté.


A la première classe pourraient correspondre Dagodevos, Sukellos, Taranis.

A la seconde, Nodons, Nuada, Lug.

A la troisième, Gobnios, Amaethon, Dagda (qui relève aussi de la 1ère), Brigit.




Sans oublier que Lug et Brigantia patronnent et dominent les trois fonctions et qu’on peut aussi honorer une divinité selon les trois modes cultuels en raison de son triple aspect de Sagesse, Force et Prospérité.


.


avatar
Isa_vhada
5 étoiles
5 étoiles

Nombre de messages : 498
Date d'inscription : 25/10/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Société celtique

Message  Isa_vhada le Mar 25 Nov - 9:23

Classes gauloises et classes indiennes




Selon Guyonvarc’h et Le Roux « dans la vision indienne du monde chacun est à sa place sans rien avoir à y redire, en fonction de sa nature propre, de ses origines et de ses capacités ».

Le système des castes a été établi pour assurer à chaque élément de population son gagne pain et la maintenance de ses croyances, de ses institutions civiles et sociales, de ses dieux, de ses fêtes et de ses coutumes.

Ces castes correspondent aux quatre races apparues chronologiquement :

la race blanche des Brahmanes qui « porte la responsabilité du devenir des autres races » (et qu’on rapproche bien souvent des druides),

la race rouge des guerriers, la jaune des commerçants et agriculteurs, la noire des artisans.

En revanche, les frontières qui les isolent sont beaucoup plus hermétiques que chez les Celtes

puisqu’il est impossible de sortir d’une caste pour aller dans une autre.

Reflet du plan divin, les castes sont des couches superposées qui se partagent les différentes fonctions sociales et sont des entités à la fois raciales, familiales, religieuses et professionnelles.

Enfin, et l’on se sent là aussi proche des conceptions celtiques, elles sont essentiellement définies en termes de devoirs bien plus que de droits.


Comment et sur quels critères étaient élus les rois




La royauté n’est pas un mandat héréditaire mais c’est bien souvent dans une descendance royale que le roi est choisi par les guerriers de sa classe.

Il doit être le guerrier le plus fort et le plus courageux, le chef le plus avisé et le plus chanceux

car il doit être le régulateur de la société, son distributeur et son protecteur et le garant

de la fertilité de la Terre, de la fécondité du bétail comme de celle des hommes.

Il doit par ailleurs énoncer « la Loi fidèle à l’enseignement Traditionnel »

et assurer « les décisions politiques et l’obligation du succès militaire ».

En Irlande, la pierre apportée de Falias par Morfessa, dite Lia Fail, avait le pouvoir,

par son cri, de désigner le futur roi suprême.




.
avatar
Isa_vhada
5 étoiles
5 étoiles

Nombre de messages : 498
Date d'inscription : 25/10/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Société celtique

Message  Isa_vhada le Mar 25 Nov - 9:29

Prérogatives et devoirs de la classe sacerdotale




En règle membgénérale, les res de la classe sacerdotale doivent être des gens de bien (« les plus justes »), les gardiens des lois, du droit et de l’organisation sociale, des gens de Vérité et de Science (« les très savants »).

Les Druides arbitraient, légiféraient, enseignaient, soignaient et conseillaient. Ils parlaient avant le roi.

Et comme ils assuraient la liaison entre les hommes et les Dieux, ils officiaient lors des cérémonies religieuses, pratiquaient les sacrifices et, éventuellement, consultaient les oracles.

Ils étaient exempts d’impôts et pouvaient, s’ils le voulaient, ne pas porter les armes.
Les Bardes étaient des poètes, des artistes, des légistes et des historiens.

Conservateurs de la mémoire des événements, ils devaient apprendre des milliers de vers par cœur . Ils devinrent plus tard les ménestrels et les troubadours.

Les Vates assistaient les Druides dans les cérémonies.

Devins et médecins, ils faisaient des incantations, pratiquaient les arts magiques et participaient aux sacrifices.



Les fautes graves






Les trois fautes du Druide sont la satire injuste,

le mensonge (car il ne doit pas faire de tort indûment),

l’usurpation du pouvoir temporel (car il doit rester à sa place)

et l’adultère (car il doit être exemplaire de bonne moralité).

A la troisième faute la mort est le châtiment.

Le Roi est puni de mort s’il ne réussit pas à défendre son peuple contre l’ennemi ou s’il tente de s’emparer des biens de son peuple (par l’institution du Vergobret,

il échappera à cette dernière responsabilité et les terres, à l’origine propriété des dieux deviendront, par appropriation, propriété des rois et des chefs et d’usufruitier, celui qui l’exploitait deviendra plus tard un serf).

La punition peut sembler lourde mais il faut bien avoir conscience que dans la conception celtique, le Roi, en enfreignant les règles, est allé contre l’Ordre de l’Univers, il a rompu l’ordre humain et l’ordre social et ce désordre a des retentissements aussi sur les saisons et la fécondité :

« les terres ne portent plus de moissons, les rivières ne donnent plus de poissons, les forêts de glandées ».

Le Chef ou le Guerrier risque la mort ou l’exil s’il fait preuve de lâcheté devant l’ennemi ou/et devant la mort.

L’abus de pouvoir, la cupidité, l’accaparement personnel (du butin par exemple) et la luxure (quand elle est « débauche débilitante ») sont les autres fautes qu’il lui vaut mieux éviter.
Le producteur enfin s’expose à de graves châtiments s’il se laisse aller au vol ou à l’intempérance.



Et pour terminer, il convient de rappeler que quand leur sentence arbitrale n’était pas suivie d’effets, les druides interdisaient aux coupables le droit de sacrifier aux dieux, ce qui les retranchait de la société et coupait tout lien entre eux et la divinité.

Bibliographie :



Revue :
Druvidia
Jean-Louis Brunaux, Les Gaulois, Guide Belles Lettres, Paris, 2005.
César, La Guerre des Gaules, Livre de Poche, Paris.
Alain Daniélou, Les Quatre Sens de la vie, Ed. Du Rocher, Paris, 2000.
Alain Duval, Les Gaulois, Hachette, Paris, 1982.
Henri Hubert, Les Celtes, Albin Michel, Paris 2001.
F. Le Roux et C.-J. Guyonvarc'h, La société celtique, Editions Ouest France, 1991.

Omios.



Publié par Communauté gauloise


avatar
Isa_vhada
5 étoiles
5 étoiles

Nombre de messages : 498
Date d'inscription : 25/10/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Société celtique

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 :: DRUIDISME :: Divers

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum