Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» 1er OCTOBRE
Sam 1 Oct - 19:54 par Isa_vhada

» Psychologie ésotérique site *****
Ven 29 Mar - 14:51 par Isa_vhada

» Glossire théosophique
Lun 11 Mar - 3:05 par Isa_vhada

» LIVRES à télécharger ATMA PORTE DVINE
Dim 17 Fév - 17:33 par Isa_vhada

» L'APPEL
Ven 11 Jan - 1:23 par Isa_vhada

» MANDALA
Ven 11 Jan - 0:27 par Isa_vhada

» Bibiothèque Esotérique, Théosophique
Jeu 10 Jan - 3:38 par Isa_vhada

» THEOSOPHIE LIVRES
Jeu 10 Jan - 3:32 par Isa_vhada

» Oeuvres H.P.BLAVATSKY, A.A.BAILEY, E.ROERICH PDF
Jeu 10 Jan - 3:23 par Isa_vhada

Partenaires
Forum gratuit



Tchat Blablaland


Novembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930   

Calendrier Calendrier


Les Rois Mages en Esotérisme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les Rois Mages en Esotérisme

Message  Isa_vhada le Mar 6 Jan - 21:29








La fête de l'Epiphanie, célébrée 12 jours après Noël, sous le signe du Capricorne,
est la fête des trois rois mages guidés par la lumière de l'étoile,
ce point de conscience qui brille en chacun, vers l'étable
où vient de naître Jésus, la Lumière, la Vie, la Conscience.

Cette étoile dont la brillance est ténue annonce
qu'elle peut devenir un soleil resplendissant,
car elle montre que Jésus --
en devenant le Christ -- sera la Lumière du monde.


Une fois de plus, la Tradition (sous un certain aspect) nous présente ce qu'est réellement
la Quête de tout être humain : la Révélation de la conscience, le Christ en nous.

Le tableau classique de la Crèche où naît le Maître est un symbole complet
du renouvellement de la Création. On y retrouve les cinq éléments constitutifs de la manifestation :






C'est à Bethléem, la maison terrestre, le "voile de Dieu" qu'a lieu la Naissance.


Mais n'est-il pas curieux également de constater que (selon d'autres interprétations)
cette "légende" ou -- pour être plus précis -- cette "histoire arrangée" représente sur un autre plan une quête alchimique ? Notez plutôt :

Dans la Crèche (l'Athanor), on voit Marie (l'Eau), Joseph (l'Air), le Boeuf (la Terre) et l'Ane (le Feu) autour de l'Enfant-Lumière (l'Akasha) qu'est Jésus.


Plus étrange encore, dans cette symbolique alchimique, on y voit ces Rois-mages qui, assez curieusement, représentent les trois phases du Grand Œuvre : Gaspar dont la peau est noire, Melchior (dont la peau est blanche) et Balthazar (dont la peau serait... rouge).

La conclusion peut paraître hasardeuse au sujet de Balthazar, car pourquoi aurait-il la peau rouge ? Serait-ce un arrangement pour les besoins de l'histoire ?

Il n'en est rien, car souvenons-nous que ce personnage est originaire de Tharsis que l'on situe mal géographiquement parlant.

Sédir, en faisant de lui le roi de Ceylan, y a vu peut-être la source de la Tradition via l'Inde.

Mais il semble qu'il faille plutôt se diriger au-delà des colonnes d'Hercule (détroit de Gibraltar) pour découvrir le fabuleux royaume de Tharsis dont parlent les Ecritures, ce royaume de Tartessos dont nous reparlerons plus tard au sujet de l'Atlantide , siège des derniers vestiges atlantes.


Balthazar serait donc de race rouge, puisque roi de Tharsis, donc héritier de la Tradition atlante.

Nous arrêterons là sur le symbolisme alchimique et sur les transmissions, car cela nous mènerait trop loin et dépasserait le cadre de cet article.

Ces Rois-mages posent réellement une énigme quant à leur origine et leurs connaissances.


Dans sa [i]Mission de l'Inde
, Saint-Yves d'Alveydre révèle l'existence d'un "pouvoir central" : l'Aggartha.

C'est là où règne le Roi du Monde, qui se reflète en trois personnes : -- Brahama, support des âmes dans l'Esprit de Dieu -- Mahatma, représentant l'âme universelle -- Malianga, symbole de l'organisation universelle du Cosmos.






Un autre auteur, René Guénon, dans son ouvrage sur Le Roi du Monde, dit :

« Le Mahatma représente plus spécialement le pouvoir sacerdotal et le Mahanga le pouvoir royal. Cette distinction correspond à celle des brahmanes et des ksatriyas. Mais, d'ailleurs, étant au-delà des castes, le Mahatma et le Mahanga ont eux-mêmes, aussi bien que le Brahatma, un caractère à la fois sacerdotal et royal...


Nous dirons maintenant que ces personnages mystérieux, les Rois Mages, ne représentent en réalité rien d'autre que les trois chefs de l'Aggartha : le Mahanga offre au Christ l'or et le salue comme "roi", le Mahatma lui offre la myrrhe (le baume d'immortalité) et le salue comme "prophète" ou Maître spirituel par excellence.


L'hommage ainsi rendu au Christ naissant, dans les trois mondes qui sont leurs domaines respectifs, par les représentants authentiques de la tradition primordiale, est le gage de la parfaite orthodoxie du Christianisme à l'égard de celle-ci. »

Fulcanelli, pour sa part, dans Le Mystère des Cathédrales, cite un passage d'un auteur du VIe siècle où l'on peut comprendre une voie conduisant au Grand Œuvre. I


Il souligne :


« Tous les ans, ces hommes (les Mages), après la moisson, montaient sur un mont qui, dans leur langue, s'appelait Mont de la Victoire, lequel renfermait une caverne taillée dans le rocher et agréable par les ruisseaux et les arbres qui l'entouraient.

Arrivés sur le mont, ils se lavaient, priaient et louaient Dieu en silence pendant trois jours.

C'est ce qu'ils pratiquaient pendant chaque génération toujours dans l'attente si, par hasard, l'étoile du bonheur ne paraîtrait pas pendant leur génération.

Mais, à la fin, elle parut sur ce Mont de la Victoire sous la forme d'un petit enfant et offrant la figure d'une croix. Elle leur parla, les instruisit, et leur ordonna de partir pour la Judée... --

L'étoile les précéda ainsi pendant deux années, et le pain ni l'eau ne leur manquèrent jamais... »

Il faut tout de même s'arrêter sur un point qui a son importance.


Ces personnages étaient à la fois Rois et Mages -- c'est-à-dire souverains dans leur pays, représentants de l'autorité temporelle.

Mais aussi Adeptes investis d'une formidable autorité spirituelle et possédant la plus haute science qui soit : celle de la Magie ou Théurgie Science des sciences.

Ils sont donc rois et mages à la fois, deux fonctions qui trouvent leur origine dans la nuit des temps.


Hormis ces trois Rois-mages, la seule mention faite dans la Bible d'un personnage similaire est Melkistdecq, qui était roi de Salem mais aussi prêtre, puisque Sacrificateur du Très-Haut.

Melkistedeq était sans généalogie (Genèse, XIV:18-20) et c'est lui qui bénit Abraham, dont la descendance devait donner naissance aux trois religions monothéistes que nous connaissons.

Etre sans généalogie peut signifier aussi occuper une dignité au-delà du temps et de l'espace...



Et donc se situer dans cette Fraternité Himalayenne connue sous le nom de "Grande Loge Blanche".

Ainsi, les Rois de Justice sont des personnages détenteurs de la vraie Science.

Les Maîtres de Justice chez les Esséniens étaient des représentants de la plus haute autorité, et lorsqu'on songe à quoi se rattachait cette Fraternité -- d'origine atlante -- dans laquelle le Christ devait venir, on comprend mieux l'implication traditionnelle.

Il est du reste curieux de constater que dans le vocabulaire provençal (considéré comme une langue d'initiés) le terme mage signifie juge.


Ces Rois-mages font donc partie d'une Hiérarchie qui dépasse les conceptions humaines, et ce n'est pas sans raison qu'Ils vinrent honorer le Roi des rois dans la Crèche.



avatar
Isa_vhada
5 étoiles
5 étoiles

Nombre de messages : 488
Date d'inscription : 25/10/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum