Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» 1er OCTOBRE
Sam 1 Oct - 19:54 par Isa_vhada

» Psychologie ésotérique site *****
Ven 29 Mar - 14:51 par Isa_vhada

» Glossire théosophique
Lun 11 Mar - 3:05 par Isa_vhada

» LIVRES à télécharger ATMA PORTE DVINE
Dim 17 Fév - 17:33 par Isa_vhada

» L'APPEL
Ven 11 Jan - 1:23 par Isa_vhada

» MANDALA
Ven 11 Jan - 0:27 par Isa_vhada

» Bibiothèque Esotérique, Théosophique
Jeu 10 Jan - 3:38 par Isa_vhada

» THEOSOPHIE LIVRES
Jeu 10 Jan - 3:32 par Isa_vhada

» Oeuvres H.P.BLAVATSKY, A.A.BAILEY, E.ROERICH PDF
Jeu 10 Jan - 3:23 par Isa_vhada

Partenaires
Forum gratuit



Tchat Blablaland


Octobre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     

Calendrier Calendrier


LE DOUBLE ETHERIQUE LIVRE DE ARTHUR POWELL

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

LE DOUBLE ETHERIQUE LIVRE DE ARTHUR POWELL

Message  Admin le Sam 11 Juil - 22:55

CHAPITRE PREMIER — DESCRIPTION GENERALE
Tout étudiant en occultisme sait que l'homme possède plusieurs corps ou véhicules qui lui permettent de s'exprimer sur les différents plans de la nature – plans physique, astral, mental et ainsi de suite.
L'occultiste constate que la matière physique présente sept degrés ou ordres de densité appelés :
Atomique.
Sous-atomique.
Super-éthérique.
Ethérique.
Gazeux.
Liquide.
Solide.
Tous ces degrés de densité sont représentés dans la composition du véhicule physique. Ce dernier pourtant comporte deux divisions bien nettes, c'est-à-dire, d'une part le corps dense, composé de solides, de liquides et de gaz ; d'autre part le corps éthérique ou double comme il est souvent nommé, constitué par les quatre ordres les plus ténus de matière physique.


Nous nous proposons d'étudier dans les chapitres suivants ce double éthérique, sa nature, son apparence, ses fonctions, ses rapports avec les autres véhicules, sa relation avec le Prâna ou Vitalité, sa naissance, son développement et son déclin ; son rôle dans certaines méthodes curatives, dans le magnétisme, la médiumnité et les matérialisations ; les facultés qu'il peut acquérir ; enfin, les divers et très nombreux phénomènes éthériques qui se rattachent à lui.
En résumé, nous verrons que le double éthérique, tout en étant nécessaire à la vie du corps physique, n'est pas à proprement parler un véhicule de conscience indépendant ; que, recevant et distribuant la force vitale issue du soleil, il est intimement lié à la santé physique ; qu'il possède en propre certains chakras ou centres de force, dont chacun remplit une fonction particulière ; que le souvenir de l'existence vécue en rêve dépend principalement de la matière éthérique ; qu'il joue un rôle important dans la constitution du véhicule astral destiné à l'ego en voie de réincarnation ; que, semblable au corps physique, il meurt, puis se décompose, permettant ainsi à l' "âme" de passer à un autre stage de son voyage cyclique ; qu'il est particulièrement associé aux traitements par le vitalisme ou magnétisme, comme aussi au mesmérisme, déterminant la guérison, l'anesthésie ou la transe ; qu'il est le facteur principal dans les phénomènes des salles de séances, comme objets remués, coups "frappés" et autres sons, matérialisations de tout genre ; que le développement des facultés éthériques confère des pouvoirs nouveaux et révèle beaucoup de phénomènes éthériques dont peu de personnes ont fait l'expérience ; qu'au moyen de la matière du corps éthérique il est possible de "magnétiser" les objets comme sont magnétisés les êtres vivants ; enfin, que le corps éthérique fournit les éléments de la substance connue sous le nom d'ectoplasme.
Le double éthérique a reçu les noms les plus divers. Dans les premiers ouvrages théosophiques il est souvent nommé le corps astral, l'homme astral ou le Linga Sharira. Dans les écrits plus récents, jamais aucun de ces termes n'est donné au double éthérique, car ils appartiennent en réalité au corps formé de matière astrale, au corps de Kâma des Hindous. En lisant La Doctrine Secrète et d'autres livres anciens, l'étudiant doit donc bien se garder de confondre les deux corps tout à fait distincts, appelés aujourd'hui le double éthérique et le Corps Astral. [13]
[size=21]
Le vrai terme hindou traduisant "Double Ethérique" est Prânamâyakosha, ou véhicule de Prâna ; en allemand, c'est le "Doppelgänger" ; après la mort, séparé du corps physique dense, c'est le "revenant", le "fantôme", l' "apparition" ou "spectre des cimetières". En Raja Yoga, le double éthérique et le corps dense unis sont nommés le Sthûlopâdhi, c'est-à-dire l'Upâdhi inférieur d'Atma.

avatar
Admin
5 étoiles
5 étoiles

Nombre de messages : 355
Date d'inscription : 22/10/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://theosophieesoterisme.1fr1.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE DOUBLE ETHERIQUE LIVRE DE ARTHUR POWELL

Message  Admin le Sam 11 Juil - 23:03

LE DOUBLE ETHERIQUE,
comme l'indique son nom, est la reproduction exacte de la forme dense. Elle dépasse l'épiderme d'environ un quart de pouce. Cependant l'aura éthérique, ou aura de Santé comme on l'appelle souvent, dépasse normalement l'épiderme de plusieurs pouces. La description en sera donnée plus tard.
Fait important à noter : le corps dense et le double éthérique varient simultanément en qualité ; par conséquent, une personne qui s'applique à purifier son corps dense, en affine du même coup automatiquement la contre-partie éthérique.
Toutes les catégories de matière éthérique doivent entrer dans la composition du double éthérique, mais les proportions peuvent grandement varier ; elles dépendent de plusieurs facteurs, tels que la race, la sous-race et le type de la personne, et aussi de son Karma individuel.
Voici les seuls renseignements obtenus jusqu'ici par le compilateur, concernant les propriétés et fonctions particulières des quatre grades de matière éthérique.
1. Ethérique : emprunté par le courant électrique ordinaire et par le son.
2. Super-éthérique : emprunté par la lumière.
3. Sous-atomique : emprunté par "les formes plus subtiles de l'électricité".
4. Atomique : emprunté par la pensée dans son passage d'un cerveau à un autre. [14]

Le tableau suivant, donné dans le
Theosophist de mai 1922, par F. T. Peirce, est probablement exact :
Le double éthérique est d'un violet-gris, (ou bleu-gris) pâle, faiblement lumineux, grossier ou fin suivant que le corps physique dense est grossier ou fin.
Le double éthérique a deux fonctions principales : d'abord il absorbe le Prâna ou Vitalité et l'envoie dans toutes les régions du corps physique, comme nous le verrons tout à l'heure en détail.
Deuxièmement, il sert d'intermédiaire ou de pont entre le corps physique dense et le corps astral ; il transmet au corps astral la conscience des contacts sensoriels physiques ; il fait descendre aussi dans le cerveau physique et dans le système nerveux la conscience des niveaux astrals et supérieurs à l'astral.
De plus, le double éthérique développe en soi-même certains centres au moyen desquels l'homme peut prendre connaissance du monde éthérique et des innombrables phénomènes éthériques. Ces pouvoirs ou facultés seront également décrits.

Il est important de constater que le double éthérique, étant simplement une partie du corps physique, n'est pas normalement capable, de servir de véhicule de conscience indépendant, dans lequel l'homme puisse vivre ou fonctionner ; il ne possède qu'une conscience diffuse appartenant à toutes ses parties ; il n'a pas d'intelligence et, quand il est séparé de sa contre-[size=21]partie dense, ne peut guère servir d'intermédiaire à la mentalité.


Comme il est le véhicule, non de la conscience mentale mais du Prâna ou Vitalité, il ne peut, sans que la santé en souffre, [15]
se séparer des parcelles auxquelles il transmet les courants vitaux. D'ailleurs chez les personnes normales et bien portantes, la séparation du double éthérique et du corps dense est difficile et le double est incapable de s'éloigner du corps auquel il appartient.
Chez les personnes appelées médiums physiques ou matérialisateurs le double se détache assez facilement ; sa matière éthérique forme alors la base de nombreux phénomènes de matérialisation dont nous parlerons plus longuement dans un autre chapitre.
Le double peut être séparé du corps physique dense par un accident, par la mort, par des anesthésiants comme l'éther ou le gaz, enfin par le mesmérisme. Le double formant le trait d'union entre le cerveau et la conscience supérieure, l'insensibilité est la conséquence forcée de son expulsion du corps physique dense provoquée par les anesthésiants.
En outre, la matière éthérique ainsi expulsée enrobe le corps astral et amortit également la conscience dans ce véhicule ; aussi, quand l'anesthésiant a cessé d'agir, ne subsiste-t-il, en général, dans la conscience cérébrale aucun souvenir du temps passé dans le véhicule astral.
La méthode et les conséquences de l'expulsion de la matière éthérique au moyen du mesmérisme seront exposées avec plus de détails dans un chapitre spécial.
Un état de santé précaire ou l'excitation nerveuse, peuvent aussi déterminer la séparation presque complète du double éthérique et de sa contre-partie dense ; celle-ci n'est plus alors que très faiblement consciente (transe) suivant la quantité plus ou moins grande de matière éthérique expulsée.
La séparation du double et du corps dense entraîne généralement pour ce dernier une grande diminution de vitalité. Le double gagne en vitalité tout ce que perd en énergie le corps dense. Dans Posthumous Humanity 1, le colonel Olcott dit :

[/size]
avatar
Admin
5 étoiles
5 étoiles

Nombre de messages : 355
Date d'inscription : 22/10/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://theosophieesoterisme.1fr1.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE DOUBLE ETHERIQUE LIVRE DE ARTHUR POWELL

Message  Admin le Sam 11 Juil - 23:13

le colonel Olcott dit :
"Quand le double est projeté par un expert, le corps lui-même semble inerte ; le mental est "absorbé" ; les yeux n'ont plus d'expression ; l'action du coeur et des poumons est faible et souvent la température baisse beaucoup. Il est très dangereux en pareil cas de faire un bruit soudain ou d'entrer brusquement dans la chambre, car si le double, par une réaction instantanée, est ramené dans le corps, le coeur palpite convulsivement et la mort est possible."
La liaison entre les corps dense et éthérique est si étroite qu'une lésion du double éthérique se traduit par une lésion du corps dense – exemple du curieux phénomène connu sous le nom de répercussion. On sait que la répercussion est également possible en ce qui concerne le corps astral ; une lésion subie par ce dernier se reproduit, dans certaines conditions, dans le corps physique.
Pourtant il semble probable que le seul cas où la répercussion soit possible est celui d'une matérialisation parfaite, où la forme est à la fois visible et tangible. Point de répercussion si la forme est tangible sans être visible, ou bien visible sans être tangible.
Noter que ce qui précède s'applique uniquement au cas où de la matière appartenant au double éthérique est prélevée pour constituer la forme matérialisée. Quand la matérialisation est obtenue au moyen de matière empruntée à l'éther ambiant, une lésion de la forme ne peut pas plus affecter le corps physique par répercussion, qu'une statue de marbre ne peut léser l'homme lui-même.
Se rappeler que la matière éthérique bien qu'invisible pour la vue ordinaire est cependant purement physique et qu'ainsi elle peut se trouver affectée par le froid et la chaleur, comme par de puissants acides.
Les amputés se plaignent quelquefois d'éprouver une douleur aux extrémités du membre coupé, c'est-à-dire à l'endroit que le membre occupait.

La raison en est que la partie éthérique du membre [17] n'a pas été enlevée avec la partie dense physique ; le clairvoyant constate qu'elle reste visible et toujours en place ; c'est pourquoi une stimulation appropriée peut éveiller, dans ce membre éthérique, des sensations qui sont transmises à la conscience.

Bien d'autres phénomènes se rattachent au double éthérique, telles que sa sortie du corps dense, ses émanations, etc ; nous pourrons nous en occuper d'une manière plus commode et plus satisfaisante un peu plus tard, après avoir étudié la nature et les modes d'activité du Prâna (Vitalité).
avatar
Admin
5 étoiles
5 étoiles

Nombre de messages : 355
Date d'inscription : 22/10/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://theosophieesoterisme.1fr1.net

Revenir en haut Aller en bas

Chapitre II Prana ou la vitalité

Message  Admin le Sam 11 Juil - 23:21

CHAPITRE II — PRANA OU LA VITALITE



Comme le savent les occultistes, il existe au moins trois forces indépendantes et distinctes qui émanent du soleil et atteignent notre planète. D'autres forces peuvent exister en nombre infini – rien ne s'y oppose en l'état actuel de nos connaissances – mais nous sommes sûrs de ces trois-là. Ce sont :
1. Fohat ou l'électricité.
2. Prâna ou la vitalité.
3. Koundalini ou le feu-serpent.
Fohat ou l'Electricité comprend en somme toutes les énergies physiques connues ; toutes sont convertissables entre elles, comme l'électricité, le magnétisme, la lumière, la chaleur, le son, l'affinité chimique, le mouvement et ainsi de suite.
Prâna ou la vitalité est une force vitale dont l'existence n'est pas encore officiellement reconnue par les savants orthodoxes de l'Occident, bien que certains doivent s'en douter.
Koundalini, ou le feu-serpent, n'est connu que de très peu de personnes ; la science orthodoxe occidentale l'ignore absolument.
Ces trois forces restent distinctes et aucune d'elles ne peut à ce niveau se transformer en une autre. Ce point est fort important et l'étudiant doit bien s'en pénétrer.

De plus, ces trois forces n'ont rien de commun avec les Trois Grandes Effusions ; celles-ci représentent des efforts spéciaux faits par la Divinité Solaire ; d'autre part, Fohat, Prâna et Koundalini semblent plutôt résulter
de Sa vie et représenter Ses qualités manifestées sans effort visible.
Prâna est un mot sanscrit, dérivé de pra, au dehors, et d'an, respirer, se mouvoir, vivre. Ainsi pra-an, Prâna, signifie le souffle ou l'énergie vitale – équivalents les plus rapprochés du terme sanscrit. Comme pour les penseurs hindous il n'y a qu'une seule Vie, une seule Conscience, on a désigné par Prâna le Soi Suprême, l'énergie de l'Unique, la Vie du Logos. Par suite, la vie sur chaque plan peut se nommer le Prâna de ce plan, Prâna devenant en chaque être le souffle vital.
"Je suis Prâna... Prâna est la vie", dit Indra, le grand Déva, Chef de la hiérarchie vitale dans le monde inférieur. Prâna signifie évidemment ici la totalité des forces vitales. Dans le Moundakopanishat il est dit que de Brahman, l'Unique, procède Prâna ou la Vie. Prâna est [20] aussi défini comme Atma dans son activité centrifuge : "D'Atma est né Prâna" (Prashnopanishat). Prâna, nous dit Shankara, est Kriyâshakti – la shakti de l'action et non point celle du savoir. Prâna est rangé au nombre des sept Eléments qui eux-mêmes correspondent aux sept régions de l'univers, aux sept enveloppes de Brahman, etc. ; c'est-à-dire : Prâna, Manas, l'Ether, le Feu, l'Air, l'Eau et la Terre.

Les Hébreux mentionnent le "Souffle de vie" (Nephesh) insufflé dans les narines d'Adam. Cependant, à proprement parler, Nephesh n'est pas Prâna seul mais Prâna combiné avec le principe suivant : Kâma.

Leur [size=21]
réunion forme "l'étincelle vitale" qui est "le souffle de vie dans l'homme, dans les animaux ou insectes, le souffle de l'existence physique et matérielle".
Traduits en termes plus occidentaux, Prâna, sur le plan physique, est la vitalité, l'énergie constructrice qui coordonne les molécules physiques et les réunit en un organisme défini ; c'est le "Souffle de Vie" dans l'organisme ou, plutôt, cette portion du Souffle de Vie universel qu'un organisme humain s'approprie pendant la brève période de temps à laquelle nous donnons le nom de "Vie".
Sans la présence de Prâna, point de corps physique formant un tout complet, agissant comme une seule entité ; sans Prâna, le corps serait tout au plus un assemblage de cellules indépendantes. Prâna les réunit et les associe en un tout, unique et complexe, en parcourant les branches et les mailles du "réseau vital", ce réseau chatoyant et doré d'une finesse inconcevable, d'une beauté délicate, constitué par un seul fil de matière bouddhique, par un prolongement du Soutratma, et dans les mailles duquel viennent se juxtaposer les atomes plus grossiers.
Prâna est absorbé par tous les organismes vivants ; une quantité suffisante de Prâna semble nécessaire à leur existence ; il n'est donc en aucune manière un produit de la vie ; au contraire, l'animal vivant, la plante, etc., [21] sont ses produits. Se trouve-t-il en excès dans le système nerveux, la maladie et la mort peuvent en résulter ; est-il trop rare, l'épuisement. et finalement la mort en sont la conséquence.
H. P. Blavatsky compare Prâna, énergie active produisant tous les phénomènes vitaux, à l'oxygène qui maintient la combustion, ce gaz qui donne la vie, agent actif chimique en toute vie organique.
Elle compare aussi le double éthérique, véhicule inerte de la vie, à l'azote, gaz inerte auquel se mélange l'oxygène pour l'adapter à la respiration des animaux et qui entre pour une grande part dans la composition de toutes les substances organiques.

Le fait que le chat est doué d'une quantité extraordinaire de prâna, a fait naître l'idée populaire que le chat possède "neuf vies" ; le même fait semble avoir indirectement valu à cet animal, en Egypte, un caractère sacré.
[/size]
avatar
Admin
5 étoiles
5 étoiles

Nombre de messages : 355
Date d'inscription : 22/10/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://theosophieesoterisme.1fr1.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE DOUBLE ETHERIQUE LIVRE DE ARTHUR POWELL

Message  Admin le Sam 11 Juil - 23:29


Sur le plan physique, ce prâna, cette force vitale construit tous les minéraux ; c'est l'agent contrôleur de toutes les transformations chimico-physiologiques dans le protoplasme ; c'est lui qui provoque la différenciation et la formation des divers tissus des corps des plantes, des animaux et des hommes. Ces tissus dévoilent sa présence par leur pouvoir de répondre à des excitations extérieures.
L'association du prâna astral et du prâna physique crée là matière nerveuse qui est, au fond, la cellule et donne la faculté d'éprouver le plaisir et la souffrance. Les cellules se développent en fibres, résultat de la pensée. Le prâna dont les pulsations empruntent ces fibres est composé de prâna physique, astral et mental.
Dans les atomes du plan physique, le prâna suit les spirilles. Durant la première Ronde de notre chaîne terrestre, le premier groupe de spirilles des atomes physiques entre ainsi en activité sous l'influence de la Vie monadique qui se déverse par la Triade spirituelle. C'est par ce groupe de spirilles que se déversent les courants [22] prâniques – souffles de vie – qui agissent sur la partie dense du corps physique. Dans la deuxième Ronde, le deuxième groupe de spirilles entre en activité et devient le champ d'action des courants prâniques agissant sur le double éthérique. Pendant ces deux Rondes il n'y a encore rien – quant aux formes – qu'on puisse appeler sensations de plaisir ou de douleur. Dans la troisième Ronde le troisième groupe de spirilles entre en activité et c'est à ce moment seulement qu'apparaît ce que nous nommons sensation ; c'est par l'intermédiaire de ces spirilles que l'énergie kâmique ou énergie des désirs peut affecter le corps physique, et que le prâna kâmique peut circuler et mettre ainsi le corps physique en communication directe avec l'astral. Pendant la quatrième Ronde, le quatrième groupe de spirilles s'éveille et le prâna kâma-manasique y circule librement, préparant les spirilles à l'usage qui en sera fait dans la construction du cerveau, qui plus tard deviendra l'instrument de la pensée.
Voilà où en est arrivée l'humanité normale.


(dont l'emploi demande beaucoup de prudence, car elles pourraient occasionner des lésions dans le cerveau) amènent le développement des cinquième et sixième groupes de spirilles qui servent de canaux à des formes plus élevées de conscience. [size=21]
Il ne faut pas confondre les sept spirilles de l'atome avec les "verticilles" qui sont au nombre de dix, dont trois grossiers et sept plus fins. Dans les trois premiers circulent des courants d'électricités diverses, tandis que les sept suivants répondent à des ondes éthériques de tout genre – son, lumière, chaleur, etc.
La Doctrine Secrète parle de Prâna comme des vies "invisibles" et "ignées" qui fournissent aux microbes "l'énergie vitale constructrice", et leur permettent ainsi de bâtir les cellules physiques comme dimensions, la plus petite bactérie est à une "vie ignée" ce qu'est un éléphant à l'infusoire le plus microscopique. "Tout objet visible dans cet univers a été construit par ces [23] vies, depuis l'homme primordial, conscient et divin, jusqu'aux agents inconscients qui construisent la matière." "Par la manifestation de Prâna, l'esprit privé de parole devient celui qui parle."
Ainsi, toute la vitalité constructrice, dans l'univers et dans l'homme, se résume en Prâna.
Un atome est aussi une "Vie" : sa conscience est la conscience du Troisième Logos. Un microbe est une "Vie" et sa conscience est la conscience du Deuxième Logos, appropriée et modifiée par le Logos planétaire et "l'esprit de la terre".
La Doctrine Secrète parle aussi d'un "dogme fondamental" de science occulte : "Le Soleil, dit-elle, est le réservoir de la Force Vitale ; du soleil émanent les courants vitaux qui vibrent à travers l'espace, comme à travers les organismes de tout être vivant en ce monde". Voici comment s'exprimait Paracelse au sujet de Prâna : "Tout le microcosme est potentiellement contenu dans la Liquor Vitae, un fluide nerveux... dans lequel se trouvent la nature, la qualité, le caractère et l'essence de tous les êtres." Paracelse lui donnait encore le nom d'Archée. Le Dr B. Richardson, F. R. S., l'appelait "l'éther nerveux". Les feuilles de saule de Nasmyth sont les réservoirs de l'énergie vitale solaire. Le véritable soleil est caché derrière le soleil visible et génère le fluide vital qui circule à travers tout notre système au cours d'un cycle de dix années.
L'Aryen des anciens temps chantait Sourya "cachant derrière ses robes de Yogui sa tête que nul ne pouvait apercevoir".

Le vêtement des ascètes indiens, teint d'un jaune rougeâtre avec des parties rosées, est supposé représenter le prâna dans le sang de l'homme ; [size=21]
c'est le symbole du principe vital contenu dans le soleil ou ce que l'on appelle aujourd'hui la chromosphère ou région "couleur de rose".
Les centres nerveux eux-mêmes sont naturellement alimentés par le "véhicule de la nourriture" ou corps [24] dense, mais Prâna est l'énergie souveraine qui rend obéissant ce véhicule et le façonne, comme l'exige le Moi dont le siège est l'intelligence supérieure.
Il est important de noter que malgré la présence des nerfs dans le corps physique, ce n'est pas le corps physique, comme tel, qui possède la faculté de sentir. Comme véhicule le corps physique ne sent pas ; c'est un simple récepteur d'impressions. Le corps extérieur reçoit l'impact mais ce n'est pas dans ses cellules que réside la faculté de sentir le plaisir ou la souffrance, sauf d'une façon très vague, amortie et "massive" éveillant des sensations vagues et diffuses, comme celle, par exemple, d'une fatigue générale.
Les contacts physiques sont transmis vers l'intérieur par le prâna ; ceux-là sont aigus, perçants, mordants, spécifiques, tout autres que les sensations pesantes et diffuses dérivant des cellules mêmes. C'est donc invariablement le prâna qui donne aux organes physiques l'activité sensorielle et qui transmet les vibrations du dehors aux centres des sens situés dans le Kâma, dans la gaine, voisine immédiate de celle du prâna, le Manomayakosha. C'est grâce au Double Ethérique que le prâna suit les nerfs du corps et leur permet ainsi d'agir comme transmetteurs, non seulement des impacts extérieurs, mais aussi de l'énergie motrice venant de l'intérieur.
C'est la circulation des courants vitaux prâniques dans les Doubles Ethériques des minéraux, des végétaux et des animaux qui fait sortir de son état latent la matière astrale participant à la structure de leurs éléments atomiques et moléculaires, et produit ainsi un "frémissement" ; celui-ci permet à la Monade de la forme de s'approprier des matériaux astrals ; enfin, de ces derniers, les esprits de la nature constituent une masse peu organisée, le futur corps astral.

Dans le minéral, la matière astrale associée à l'atome astral permanent est si peu active, et la conscience y est si profondément endormie, qu'il n'y a pas d'activité perceptible entre l'astral et le physique.
[/size][/size]
avatar
Admin
5 étoiles
5 étoiles

Nombre de messages : 355
Date d'inscription : 22/10/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://theosophieesoterisme.1fr1.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE DOUBLE ETHERIQUE LIVRE DE ARTHUR POWELL

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum