Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Le Temple
Mar 27 Mar - 15:37 par Isa_vhada

» DHAMMAPADA
Lun 26 Mar - 3:53 par Isa_vhada

» RAMEAUX
Dim 25 Mar - 23:39 par Isa_vhada

» ECLAT
Mer 21 Mar - 20:27 par Isa_vhada

» AMMA
Mer 21 Mar - 20:18 par Isa_vhada

» OSTARA
Mer 21 Mar - 19:09 par Isa_vhada

» OSTARA
Mer 21 Mar - 19:08 par Isa_vhada

» SAGESSE ETERNELLE
Mer 21 Mar - 18:23 par Isa_vhada

»  APRES L'HIVER BON PRINTEMPS
Mer 21 Mar - 18:13 par Isa_vhada

Partenaires
Forum gratuit



Tchat Blablaland


Décembre 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      

Calendrier Calendrier


AUROBINDO

Aller en bas

AUROBINDO

Message  Admin le Mer 5 Nov - 10:53

Aurobindo S.



La beauté est supra-rationnelle
Raison et religion
La conscience et les niveaux de l'être
L'homme, signification cosmique
Le but de la Manifestation
La joie d'être
L'énigme de ce monde
Le physique, le vital et le mental
Les différents aspects de la personnalité
L'homme mental
Le développement du mental et l'âme

le Pourousha

Dieu ne peut cesser de se pencher vers la Nature, ni l'homme d'aspirer à la divinité. C'est la relation éternelle du fini à l'infini. Quand ils semblent se détourner l'un de l'autre, c'est pour s'élancer vers une plus intime rencontre.

Dans l'homme, la nature du monde redevient consciente de soi afin de faire un plus grand bond vers son Possesseur. C'est ce Possesseur que, sans le savoir, elle possède, que la vie et la sensation nient, tout en le possédant, et cherchent, tout en le niant. Si la nature du monde ne connaît pas Dieu, c'est qu'elle ne se connaît pas elle-même; quand elle se connaîtra elle-même, elle connaîtra une joie d'être sans mélange.

Posséder dans l'unité et non se perdre dans l'unité, tel est le secret. Dieu et l'homme, le monde et l'au-delà deviennent un quand ils se connaissent l'un l'autre. Leur division est la cause de l'ignorance, de même que l'ignorance est la cause de la souffrance.

Tout d'abord, l'homme cherche aveuglément, et il ne sait même pas qu'il cherche son moi divin, car son point de départ est l'obscurité de la Nature matérielle, et même quand il commence à voir, il reste longtemps aveuglé par la lumière qui croît en lui. Dieu aussi ne répond qu'obscurément à sa quête; il recherche l'aveuglement de l'homme et en jouit comme des mains d'un petit enfant qui tâtonne vers sa mère.

Dieu et la Nature sont comme un garçon et une fille qui jouent, amoureux l'un de l'autre. Ils se cachent et s'enfuient quand ils s'aperçoivent, afin de pouvoir se chercher, se poursuivre et se capturer.

L'homme est Dieu se cachant de la Nature pour pouvoir la posséder par la lutte, l'obstination, la violence, la surprise. Dieu est l'Homme universel et transcendant qui, dans l'être humain, se cache à sa propre individualité.

L'animal est l'Homme déguisé sous une peau velue et marchant à quatre pattes. Le ver est l'Homme qui se tortille et rampe vers le développement de son humanité. Même les formes brutes de la matière sont l'Homme dans un corps rudimentaire. Toutes choses sont l'Homme, le Pourousha.

Car, que voulons-nous dire par Homme ? Une âme incréée et indestructible qui a fait sa demeure dans un mental et un corps créés de ses propres éléments.


Shri Aurobindo, aperçus et pensées, 1914-
avatar
Admin
5 étoiles
5 étoiles

Nombre de messages : 355
Date d'inscription : 22/10/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://theosophieesoterisme.1fr1.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: AUROBINDO

Message  Admin le Mer 5 Nov - 11:00

Sri Aurobindo et son Ashram






Sri Aurobindo



Faut-il qualifier Sri Aurobindo de: Yogi, philosophe, poète ou révolutionnaire?

Sri Aurobindo est né à Calcutta le 15 Août 1872. A l'âge de sept ans, ses parents le conduisent en Angleterre. En 1889, obtenant une bourse d'étude de lettres classiques, décernée par la St Paul's School de Londres, il entre à l'Université de Cambridge.
Il y réussit brillamment ses études, ce qui lui donne la possibilité d'entrer dans l'administration civile de l'Inde. Il refuse alors de se présenter au concours d'équitation, ce qui lui vaut d'être éliminé.

En 1893, il retourne néanmoins en Inde, et entre dans les services administratifs de la principauté de Barodâ, poste qui lui avait été proposé par le Gaëkwar, prince de Barodâ, lors d'une rencontre en Angleterre.
Tout en conservant ce poste, il devient professeur au Collège de Barodâ (de français puis d'anglais). ll prend ensuite la direction par intérim de l'établissement. Durant cette période, il se perfectionne en sancrit et apprend d'autres langues indiennes.

1905: Partition du Bengale: il quitte l'année suivante Barodâ pour rejoindre Calcutta en tant que directeur du National College du Bengale.


Il s'engage activement dans la politique et se fait connaître dans l'Inde entière par ses éditoriaux dans le journal Bande Mâtaram en tant que porte-parole du parti nationaliste.
Il prime alors une propagande révolutionnaire visant à convertir le peuple à l'indépendance en sapant les fondements du gouvernement britannique. Non-coopération et résistance passive sont ses armes principales.
En 1908 soupçonné d'être mêlé à une affaire de fabrication de bombes il est incarcéré à la prison d'Alipore. Ce séjour en prison durera un an, mais sera le tournant de sa vie.
Il se plonge dans la méditation et le yoga. De sa vie intérieure et de ses préoccupations spirituelles déboucheront une philosophie plus large que ses objectifs initiaux. De la libération de l'Inde, il passe à une philosophie axée sur l'avenir de l'homme, l'âge nouveau de l'Esprit et l'apparition d'une espèce nouvelle.
Recherché par la police, il se cache deux mois au comptoir français de Chandernagor, près de Calcutta avant de s'embarquer pour Pondichery à bord du Dupleix.


Il y arrive le 4 Avril 1910 pour rompre avec sa vie passée et s'absorber dans la pratique du Yoga.
En Août 1920, il décline l'offre à présider le Congrès National Indien, et refuse de revenir à la vie politique. Il sort toutefois à deux reprises de cette retraite en 1940 et en 1942, date à laquelle il conseille aux dirigeants du pays d'accepter l 'offre d'indépendance de Sir Stafford Cripps.



L'Ashram de Sri Aurobindo



Sri Aurobindo disparaît le 5 décembre 1950 à Pondichery après avoir, à partir de 1926 interrompu tout contact direct avec ses disciples et n'être plus apparu en public que trois ou quatre fois par an.
Ces années passées à Pondichery ont été consacrées à la rédaction de l'Ayra, revue de synthèse philosophique, à une abondante correspondance avec ses disciples, et à la composition d'un grand poème épique: "Savitri".

Se retirant en 1926, Sri Aurobindo confia la responsabilité de l'Ashram à la Mère: une française, Mirra Alfassa née à Paris, le 21 Février 1878 et arrivée à Pondichery en mars 1914. Après la disparition de Sri Aurobindo, la Mère poursuivit l'oeuvre commune jusqu 'au 17 novembre 1973.




La mère


L'Ashram de Sri Aurobindo a réellement vu le jour en 1926. Composé à l'origine de quelques bâtiments, il s'est étendu peu à peu dans de multiples directions. Le point central de la communauté reste la maison où la Mère et Sri Aurobindo ont résidé, Rue de la Marine.


L'Ashram compte actuellement plus de 2.000 membres, venus de toutes les parties de l'Inde et de l'étranger. Ces membres travaillent à dispenser la pensée de Sri Aurobindo et de la Mère.
En 1953 la Mère a créé le Centre International d'éducation Sri Aurobindo à Pondichery une expérience nouvelle et audacieuse dans le domaine de l'éducation. Le français est l'une des principales langues étudiées.

Le 28 février 1968, la Mère fonde la communauté d'Auroville située à quelques kilomètres de Pondichery. Elle réalise ainsi son rêve de voir un endroit dans le monde où tous les êtres de bonne volonté, sincères dans leurs aspirations pourraient vivre librement en citoyens du monde, obéissant à une seule autorité, celle de la vérité Suprême, un lieu de paix, de concorde et d'harmonie.




Le Matrimandir, Oratoire de la Mère



"Auroville sera un espace de recherches matérieles et spirituelles visant à l'incarnation d'une véritable unité humaine"


Auroville est le prolongement du travail effectué à l'Ashram et au centre d'éducation. A Auroville se développent de nouveaux concepts urbains, une architecture novatrice, un plan de reboisement et d'extension des espaces verts, et à une éducation différente. Le plateau aride dont a hérité Auroville a été transformé en une oasis verdoyante. Soutenue par l'Unesco, Auroville représente certainement une expérience unique au monde.

Autres sites relatifs à Auroville, Aurobindo et la Mère

Sites relatifs à Auroville, Aurobindo et la Mère

http://www.auroville-international.org/avifr/index.htm

http://www.sriaurobindosociety.org.in/

http://www.auroville.org

http://www.miraura.org/
avatar
Admin
5 étoiles
5 étoiles

Nombre de messages : 355
Date d'inscription : 22/10/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://theosophieesoterisme.1fr1.net

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum