Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» 1er OCTOBRE
Sam 1 Oct - 19:54 par Isa_vhada

» Psychologie ésotérique site *****
Ven 29 Mar - 14:51 par Isa_vhada

» Glossire théosophique
Lun 11 Mar - 3:05 par Isa_vhada

» LIVRES à télécharger ATMA PORTE DVINE
Dim 17 Fév - 17:33 par Isa_vhada

» L'APPEL
Ven 11 Jan - 1:23 par Isa_vhada

» MANDALA
Ven 11 Jan - 0:27 par Isa_vhada

» Bibiothèque Esotérique, Théosophique
Jeu 10 Jan - 3:38 par Isa_vhada

» THEOSOPHIE LIVRES
Jeu 10 Jan - 3:32 par Isa_vhada

» Oeuvres H.P.BLAVATSKY, A.A.BAILEY, E.ROERICH PDF
Jeu 10 Jan - 3:23 par Isa_vhada

Partenaires
Forum gratuit



Tchat Blablaland


Septembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 

Calendrier Calendrier


Les Mandalas, Miroirs de la Paix

 :: SYMBOLISME :: Divers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les Mandalas, Miroirs de la Paix

Message  Isa_vhada le Ven 9 Jan - 17:58

LES MANDALAS

Miroirs de la Paix




"Dans le jardin de mon âme,

vous prenez naissance et croissance.

Vous, les jolies fleurs, étoiles et cercles,

Apparaissez de l'origine de l'Univers.



Je vous nourris de mon amour céleste,

Puis je vous réalise dans la matière terrestre.



Vous les Mandalas, vous êtes le miroir

De la création et de la béatitude.



Soyez messager de la paix et de la joie sur terre.

Devenez illuminateurs de la connaissance et de la sagesse."



Le mandala est un support de concentration: en focalisant l'attention,

il permet de progresser vers le but de tous les Yogas: I'arrêt du mental.

Afin que le Divin ou le Soi puisse se révéler de lui-même.


Le Soi, dans les Upanishads, est dit être vaste comme l'Univers,



et en même temps être plus petit qu'une graine de moutarde.



En ramenant progressivement la multiplicilé de l'extérieur du mandala vers le "bindu"?



Ie point central, on suit un mouvement en spirale qui nous mène de l'infinie variété de l'univers à la simplicité du Soi.



Le sens premier de 'mandala' est 'cercle', d'où Ie cercle de l'horizon quand on est en pleine mer ou sur une haute



montagne. amenant à la conception de l'univers comme d'un disque.



Le mandala structure la multiplicité à première vue incohérente, il transforme le chaos en cosmos.



Il organise aussi notre univers intérieur, il aide à le réguler et à le contrôler.



Un synonyme cle mandala, le mot 'yantra' a un sens de contrôle, restriction en même ternps que d'instrument et de support.



Comme pour les statues de divinité, le mandala nécessite une médiation spéciale au départ pour soufler



(prama-pratistha) du pouvoir de la divinité.



Encore plus important dans la tradition indienne, le mode de méditation sur le mandala



est transmis par le maître spirituel, dont la présence s'associe de cette façon étroitement à l'image matérielle.









avatar
Isa_vhada
5 étoiles
5 étoiles

Nombre de messages : 488
Date d'inscription : 25/10/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Mandalas, Miroirs de la Paix

Message  Isa_vhada le Ven 9 Jan - 18:04




C.G. JUNG; a fait connaître en Occident l'usage du mandala à des fins thérapeutiques.

Deux générations après sa mort, la connaissance théorique et pratitque des spiritualités orientales se sont


grandement développées; le mandala en tant qu'art et pratique de méditation peut trouver son autonomie.

Il n'a plus besoin de l'agrément des specialistes de la psychopathologie, qui a sans doute représenté une aide au

début. mais qui est devenu un encombrement par la suite.

Ma formation de départ en tant que psychiatre me permet de dire cela avec une certaine expérience.

Le mandala represente l'équilibre de la multiplicité et de l'Unité.

Autant la psychologie occidentale offre un apport intéressant pour l'analyse des multiples formes mentales, autant

elle "péche" par l'oubli de l'Unité, le fondement et le couronnement tout à la fois de la vie intérieure.

Les thérapies proposent des techniques limitées pour un but limité, I'évolution spirituelle

est un long apprentissage de la spontaneité et de la gratuité.

Pour un pratiquant traditionnel qui récite des hymnes ou des textes importants de mémoire, le mandala est une aide

puissante à la remémoration, celle-ci étant bien plus facile et précise quand le regard est fixé sur le même point.

Le mandala est une sorte de tunnel qui perrnet de pénétrer intuitivement la structure de l'univers,

de découvrir le Soi ou la Vacuité sous-jacente.

Les tibétains disent qu'il faut réaliser la vacuité du mandala d'une divinité donnée.

Cela permet de dépasser la question habituelle des rationalistes psychorigides:

"Est-ce que les divinités sont réelles ou illusoires '?".

Elle ne sont ni plus réelles, ni plus illusoires que l'ego du méditant qui se concentre sur elles.

Quand l'ego disparaîtra, la forme de la divinité disparaîtra également.

La répétition, la démultiplication des formes dans le mandala fait penser aux structures fractales dans la nature.

depuis la oéométrie des cristaux jusqu'au développernent des forrnes dans Ie monde végétal et animal.

Retrouver une même structure à des niveaux différents représente une loi d'économie

d'énergie à la fois pour la nature et pour Ie mental humain.

Quand celui-ci identifie des répetitions, des analogies structurelles que ce soit par la recherche scientifique ou

l'intuition méditative, il commence à y comprendre quelque chose, à avoir des points de repères dans "I`inconnu",

donc à se sentir en sécurité. ce qui est indispensable pour parvenir à un arrêt durable du mental.



Par une méditation 'cristalline', I'þil intérieur du sage discerne, dans le chaos apparent du monde, une organisation

aussi régulière que celle du diamant ou du mandala.

En fait, le mandala lui-même est un oeil, le "bindu" tenant lieu de prunelle avec l'iris tout autour.







avatar
Isa_vhada
5 étoiles
5 étoiles

Nombre de messages : 488
Date d'inscription : 25/10/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Mandalas, Miroirs de la Paix

Message  Isa_vhada le Ven 9 Jan - 18:09




Si l'oeil est le miroir de l'âme, le mandala est celui de l'esprit.

Un des mots sanskrits pour dire "miroir" est d'ailleurs "mandalakam".

En cela, le mandala qui regarde notre regard évoque "Brahman", I'Absolu.


Le Kena Upanishad ne dit-elle pas (strophe 6)

"Ce qu'on ne regarde pas avec le regard, ce qui regarde le regard,

sache qu'en vérité c'est Cela qui est Brahman, et non pas ce que les gens vénèrent".

De son côté, un mantra spirituel est en soi un mandala, une harmornie secrète

qu'il nous faut découvrir et contempler.

Que l'on considère le mandala comme une coupole ou un puits, il nous ouvre à la troisième dimension,

il nous met sur la voie de la verticalité.

Dans les règles de construction traditionnelles du temple hindou, on demande de creuser sous la tour un puits étroit

de la même longueur que celle-ci et on met au fond un nombre

donné de graines de plantes différentes ainsi que de l'eau du Gange.

Il y a une ascension continue qui nous mène de la fécondité de la vie au sommet de l'évolution spirituelle.

Le mandala? puits et coupole tout à la fois, nous invite à cette ascension.

Les tibétains recommandent, lorsque l'on cormmence à bien ressentir une zone du corps qui nous semble importante

énergétiquement pendant la méditation, de se concentrer sur un point au centre de cette zone,

qui devient ainsi une sorte de "mandala cutané".

Il est d'ailleurs intéressant de noter que mandala et chakra ont la même signification, celle du "cercle".

Le cercle ou plus exactement la roue, étaient, avec l'empreinte des pieds du Bouddha, un des deux symboles du

Bouddhisme primitif, bien avant qu'on ne sculte des statues de l'Eveillé.

Celui-ci a compris par sa réalisation des lois (dharma) qui font "tourner" l'univers et la vie humaine.

Il les a expliquées dès son premier discours à Sarnath près de Bénarès.

On dit qu'il a alors " mis en branle la roue du dharma".

Mais pourquoi chercher à dévellopper plus l'explication de ces symboles?

Si l'on médite sur le mandala, c'est lui-même qui nous enseignera.

Il y a en Inde une grande variété de pratiques spirituelles, de Yogas qui aident à progresser vers l'Absolu

. Elles ont toutes leur place, comme les arbres d'une même forêt ou les membres d'une même famille.

C'est bien pour cela que j'aime ce pays où je vis depuis dix ans.

Parmi ces pratiques, le mandala géométrique représente par ses formes pures une étape entre la statue à visage

humain que l'on peut contempler et le "Sans-forme", objet des types supérieurs de méditation.

A la manière des figures géométriques, on pourrait l'appeler une épure au sens fort du terme.

C'est sans doute pour cela que j'ai voulu mettre des mandalas en couverture de mes trois ouvrages de psychologie

spirituelle, et que les Editions ALBIN MICHEL ont choisi un mandala comrne couverture

de leur catalogue des collections de spiritualité.


Par son dépouillement de la forme humaine, le mandala devient un symhole sans frontière, et nous rappelle l'"Age

d'Or" j'entends l'époque de Pythagore par exemple où la géométrie était une branche de la sagesse.

Le symbolisme sans frontière du mandala méritait pour être représenté une citoyenne européenne comme I'est

MARLIS LADUREE. qui a souhaité que les textes de son livre soient directement en français, allemand et anglais.

Ce n'est pas un hasard si ses créations ont été exposées en 1995 à Berlin dans le cadre de l'Université

de la Paix présidée par le DALAI-LAMA.

Le mandala est la marque du Divin le sceau de l'lnvisible sur le Visible, son carré extérieur représente la terre,

et son cercle interne est comme une fleur.

Souhaitons que MARLIS LADURÉE, par le printemps de son art, fasse s'épanouir encore de nombreuses fleurs sur

notre terre.

Jacques Vigne
avatar
Isa_vhada
5 étoiles
5 étoiles

Nombre de messages : 488
Date d'inscription : 25/10/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Mandalas, Miroirs de la Paix

Message  Isa_vhada le Ven 9 Jan - 18:12

A LA RECHERCHE DES MANDALAS


"Wheel of Life" StarWheel Mandala








Mandala signifie littéralement "cercle"
mais il désigne plus largement un objet support
à la méditation et à la concentration composé de cercles et de formes diverses.


Diagramme cosmique peint sur une toile ou composé de sable coloré,
le mandala constitue parfois aussi un motif architectural.


Sorte de cercle sacré,
il reflète la structure concentrique de l'univers
et contient la représentation des divinités bouddhiques.


Il est associé à des exercices de visualisation,
au cours desquels le méditant cherche à créer des images mentales de Bouddha et des bodhisattva.


Le mandala conduit ainsi le fidèle sur le chemin de l'éveil.
Le mandala sert de support au méditant,
il est une représentation pure de
notre nature profonde.

Il a été noté que sans en avoir le nom,
le mandala existait dans la tradition chrétienne,
de même que dans certaines représentation des Indiens d'Amérique du Nord (Navajos).

En tant qu'objets de méditation au sens propre,
les représentations des mandalas portent en Inde le nom de Yantras.






Ils sont en général formés de triangles, de carrés et de cercles imbriqués qui,
d'une part véhiculent des contenus conscients à la signification connue et qui,
d'autre part, interpellent directement les structures psychiques inconscientes.




Les mandalas sont des reproductions spirituelles de l'ordre du monde et
on les associe souvent dans ce sens
aux quatre points cardinaux.
Comme dans le cas du labyrinthe avec lequel on a parfois noté une certaine parenté,
c'est le centre du mandala qui attire le regard.





Le labyrinthe symbolise, dans un espace restreint,
le long et difficile chemin de l'initiation.





D'une façon générale, le labyrinthe représente le voyage psychique et spirituel
que l'homme doit accomplir à l'intérieur de lui-même,
à travers les épreuves et tous les motifs d'égarement,
afin de trouver son propre centre,
l'image de son Soi.


Alors, le coeur du labyrinthe est souvent vide,
de sorte que le centre est à la fois la plénitude et le vide.

En Orient, selon le degré d'initiation auquel on se trouve,
le centre du mandala contient différents symboles.

Selon C.G.Jung (1875-1961), par la contemplation et la concentration,
le mandala a pour fonction d'attirer intuitivement l'attention sur certains éléments spirituels
afin de favoriser leur intégration consciente dans la personalité.


Jung avait relevé que l'inconscient dans ses périodes de trouble,
peut produire spontanément des mandalas.


Pour lui, le mandala symbolise, après la traversée de phases chaotiques,
la descente et le mouvement de la psyché vers le noyau spirituel de l'être,
vers le Soi, aboutissant à la réconciliation intérieure et
à une nouvelle intégrité de l'être.

L'essentiel est que le mandala opère,
qu'il agisse sur les ingrédients subtils de la conscience!


On dit que les adeptes les plus aboutis n'ont besoin, pour méditer,
ni de couleurs, ni de poudres ;
d'aucunes matière sinon de la texture, adamantine certes, de l'esprit.


Leurs mandalas sont des visions, des bâtisses intérieures que seule
l'intensité de leur concentration colore.


Extraits de: "Tibet la roue du Temps" Actes Sud
Sylvie Crossman

"Encyclopédie des symboles" Le Livre de Poche
Edition française établie sous la direction de Michel Cazenave



avatar
Isa_vhada
5 étoiles
5 étoiles

Nombre de messages : 488
Date d'inscription : 25/10/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Mandalas, Miroirs de la Paix

Message  Isa_vhada le Ven 9 Jan - 18:14

MANDALAS





On trouve ses origines dans le Jaïnisme, le Tantrisme, dans l'Hindouisme, le Bouddhisme, jusqu'au Lamaïsme.

Le mot "mandala" est issu de la culture orientale.

Il vient du Sanscrit, le langage sacré des Brahmanes de l'Inde. "mandala" veut dire "Cercle" ou plus exactement "Cercle sacré" ou " Cercle magique".

En tibétain, c'est Kylkhor, Kyl voulant dire "Centre" et Khor, "Cercle".

Le mandala représente le monde idéal. C'est une forme géométrique avec un centre : la concentration, et une périphérie : l'organisation. Chaque mandala classique, d'origine orientale, a comme contenu un Mantra, formule sacrée hindouiste ou bouddhiste.

Le Mantra est l'âme du mandala. La définition d'un mandala repose sur trois principes d'organisation : le point central, le rayonnement de ce point, et la frontière extérieure circulaire.

Le point central symbolise le mystérieux centre d'énergie, lieu de naissance de toute existence dans l'espace et le temps.





Il symbolise également l'unité, la totalité et la perfection. Il est sans dimension ni lieu ; le cercle et la sphère prennent naissance de lui. Ils sont les formes de manifestation d'un point central.

Le point central apparaît comme commencement et comme fin de tous les chemins possibles. La loi du centre est le silence et la loi du monde , la périphérie est le mouvement.

Le rayonnement issu du point central se développe de façon centrifuge jusqu'à la frontière circulaire où il se reflète, pour rejoindre le centre, en mouvement perpétuels de façon centrifuge et centripète confondues.

Le point central est le point de départ et d'arrivée de tous les mouvements signifiants l'unité dans la diversité ou la diversité dans l'unité.

Le cercle, véritable frontière avec l'extérieur, est le protecteur de son contenu sacré, notamment du point central.

Il est aussi le symbolisme de l'infini et de l'absolu.




Et c'est pour cela qu'à travers toutes les civilisations et à travers le temps, le mandala est considéré comme un symbole du divin.

Le mandala représente un modèle de macro et microcosme :

le centre et la rotation, l'unité et la diversité (amas de galaxies, systèmes solaire, les cellules, les molécules et les atomes).

C'est une visualisation de l'Univers.

Le centre d'un mandala représente le centre de l'Univers. C'est le coeur de l'univers qui comporte la sagesse, énergie venant du vide, du silence. Dans ce silence vivent l'unité, le divin, l'invisible, le métaphysique.

La périphérie représente la création du monde. C'est aussi la diversité de l'univers en organisation, née de son centre.

Pensons ici au macrocosme, nous découvrons les systèmes solaires.

Dans le centre se trouve l'étoile, le soleil et, dans l'orbite, les planètes, leurs satellites, et leur lunes en organisation.

Pensons aux galaxies : elles ont leur centre là où les étoiles sont les plus compactes et où la lumière brille le plus fort.

Leurs périphéries sont les immenses bras des galaxies ou spirales qui, à leur tour, ont leur rotation autour de leur centre.

Regardons encore plus profondément dans l'univers : nous découvrons les amas de galaxies qui, à leur tour,

ont un mouvement de rotation autour d'un centre ; le big-bang même nous rappelle le schéma d'un mandala.







Rendons nous dans le microcosme, nous découvrons le monde des cristaux, des cellules et des atomes qui montrent le même schéma d'organisation que les mandalas. Les noyaux sont les centres et leurs périphéries organisées sont leurs cercles.

Chaque atome représente un mandala et même le noyau d'atome, qui est fait de Quark ayant leurs organisations autour d'un centre, rappelle un mandala.

" Dans le macrocosme comme dans le microcosme ", " en haut comme en bas " dit une loi spirituelle très ancienne qui vient de la philosophie hermétiquedes anciens Egyptiens.

Ainsi, le mandala est un "Cosmogramme" qui représente l'univers tout entier dans son schéma essentiel.

Le dessin d'un mandala agit sur le psychisme : il unifie par son centre et il équilibre par sa périphérie.




Pour l'homme, c'est un "Psychocosmogramme". Il attire le regard vers le centre, vers l'unité, vers le divin ; il nous attire vers notre propre centre.

Le cerveau humain est ainsi fait qu'il mémorise très vite les formes symétriques et les transmet ainsi rapidement vers le psychisme.

Le psychisme est fait de l'émotion et du mental. Le mandala agit sur le psychisme dans lequel il réunit et unifie, au travers de son principe d'immobilité : le centre, et il harmonise au travers de ses parties symétriques, dans la périphérie.

D'après Carl Gustav JUNG, le mandala est un "archétype". JUNG, psychiatre et élève de FREUD a associé le mandala au reflet du Soi.

Il s'est servi de ce support pour mieux connaître le psychisme de ses patients, en leur faisant colorer et dessiner des mandalas.


avatar
Isa_vhada
5 étoiles
5 étoiles

Nombre de messages : 488
Date d'inscription : 25/10/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Mandalas, Miroirs de la Paix

Message  Isa_vhada le Ven 9 Jan - 18:16










☀ ☀ ☀ ☀ ☀

Le psychisme se symbolise à travers le dessin. Il existe donc bien une correspondance entre le dessin symétrique dans le mandala et le psychisme humain. Le dessin symétrique est la reproduction de notre psychisme en miniature, sur le papier.

Et ceci peut varier selon le jour et selon l'humeur.

Le mandala contient et organise les énergies "archétypales" de l'inconscient, d'une manière assimilable par la conscience.

En dessinant un mandala, nous créons notre propre espace sacré, un lieu de protection, un centre sur lequel se concentrent nos énergies. D'après JUNG, quand le Soi réussit à s'exprimer dans le dessin, l'inconscient répond en dictant une attitude de révcérance envers la vie.

Quand nous regardons un mandala, il nous centre, il nous harmonise et il nous donne le silence et la paix.

Il nous met en équilibre et il stimule en nous de nouvelles idées créatives qui sont capables de s'orienter vers un but constructif.

C'est pour toutes ces raisons que le mandala est utilisé depuis la nuit des temps, comme support visuel de Méditation.

Lorsqu'on médite devant un mandala, on a devant soi la représentation du monde et de son propre esprit ; le propos est de faire coïncider son centre et le centre de l'Univers.

La Méditation par le mandala nous offre silence, paix, harmonie, et nous ramène dans l'équilibre. Elle nous laisse regarder dans son propre monde, nous guide vers les sources de lumière intérieure.

La Méditation nous fait connaître notre propre identité, le divin en nous, elle laisse briller la connaissance parfaite qui habite la profondeur de nos âmes.




On médite sur un mandala en le visualisant en trois dimensions, comme un temple. C'est pour cette raison que le cercle sacré est souvent posé dans un carré.

Ce carré symbolise les murs du temple avec les quatre ouvertures, ou portes d'entrée, qui indiquent également les quatre points cardinaux et les quatre sens dans le ciel.

En Inde, au Tibet, et dans toute l'Asie, les grands temples ainsi que les pagodes sont construits sur le principe architectural des mandalas. Les textes sacrés veulent que chaque temple soit une représentation de l'Univers.






De même, en Occident, nos architectes ont pris le mandala comme modèle pour représenter la création du monde ; la transcendance dans le centre et la création diverse dans le cercle.

Pensons, entre-autres, aux merveilleuses rosaces et aux jardins labyrinthiques des cathédrales.




Comme on trouve le mandala dans l'architecture en Inde, au Tibet et dans toute l'Asie, on retrouve aussi sa trace dans différentes manifestations artistiques comme :

les mosaîques, les gravures, les sculptures, les poteries, les tissages, l'astrologie, les calendriers, la peinture sur tissu, sur toile, sur papier, et également dans la peinture du sable.

Les mandalas sont universels et omniprésents.

Songeons un instant aux mandalas tibétains, à la richesse, à la complexité de leurs formes symboliques, de leurs couleurs, et à leur remarquable beauté.

D'après les moines tibétains, l'art des mandalas est un art très puissant, différent d'une simple peinture.


avatar
Isa_vhada
5 étoiles
5 étoiles

Nombre de messages : 488
Date d'inscription : 25/10/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Mandalas, Miroirs de la Paix

Message  Isa_vhada le Ven 9 Jan - 18:19






Faire des mandalas suppose beaucoup de qualités : une mémorisation des textes sacrés, le tracé de mesures précises, puis le dessin et la peinture.

Un mandala est réalisé avec des prières pour la paix ; il est démentelé, chez les moines tibétains également avec des prières pour la paix lors d'une cérémonie spéciale.

Les mandalas bouddhistes sont souvent représentés avec de nombreuses divinités figuratives, la divinité principale se trouvant au centre.



Dans le monde végétal, on retrouve souvent des liens avec le mandala, qu'il s'agisse par exemple des bourgeons ou des merveilleuses fleurs, de la tranche de section d'une branche, d'une racine, d'un tronc ou même d'un fruit, ceux-ci montrent clairement l'organisation d'un mandala.





Dans le monde animal, ces liens existent aussi : dans les nids d'oiseaux .

Mais, en fait, il est possible de retrouver des liens avec le mandala dans beaucoup d'autres expressions :

les mouvements ondulaire à la surface de l'eau, les tornades, les tourbillons, l'iris de l'oeil, les chakras, les cristaux, les horoscopes, les kaléidoscopes, toutes sortes de roues, les disques, la confection des plats alimentaires, dans les sciences, les diagrammes d'association ...



avatar
Isa_vhada
5 étoiles
5 étoiles

Nombre de messages : 488
Date d'inscription : 25/10/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Mandalas, Miroirs de la Paix

Message  Isa_vhada le Ven 9 Jan - 19:42

LES SYMBOLES PRESENTS
DANS LES MANDALAS



A l'image de Bouddha qui aimait à s'exprimer par paraboles,
le bouddhisme a très tôt utilisé les représentations symboliques,
qu'elles soient artistiques ou culturelles.
En dépit de la constante évolution de la doctrine, certains symboles,
tels que le mandala, la roue de la loi ou le lotus,
sont demeurés invariables, comme s'ils contenaient en condensé les lignes de force du bouddhisme.


La roue
La roue est l'emblème de la doctrine bouddhique.
Rien ni personne ne peut prétendre se situer en dehors de cette roue, communément appelée
"roue de la loi" ou "roue du savoir".
"L'espèce humaine est l'une des dents de cette roue " dira le dalaï-lama.
Tandis que le cercle est considéré à l'origine comme statique,
les rayons de la roue, en lui permettant de tourner,
lui confert une valeur symbolique dynamique comparable à celle du cycle du devenir.
Elle symbolise plus largement
l'ensemble du cosmos et de ses développements cycliques.
Sa circonférence extérieure est le signe du monde manifesté qui ne cesse de "rouler",
c'est-à-dire de se transformer sans arrêt,
tandis que son moyeu est le centre à partir duquel s'est développé la manifestation.
Dans ce centre de la roue se tient, selon le bouddhisme, le Chakravarti,
"celui qui fait tourner la roue",
c'est-à-dire le Bouddha entré au nirvana.
Symbole de la perfection, elle est composée de huit rayons, correspondants,
d'une part aux 8 voies que l'on peut emprunter conduisant à l'éveil et,
d'autre part aux 8 directions qui sont celles de la rose des vents.
Mise en mouvement par le premier sermon de Bouddha,
la roue de la loi libère l'être humain de l'épreuve de la souffrance.


L’arbre
Elément essentiel de l'iconographie bouddhique,
l'arbre accompagne deux moments essentiels de la vie de Bouddha.
Sous un figuier, il a la révélation de la véritable nature
de la souffrance terrestre et des moyens de la combattre.
Cinquante années plus tard,
alors que Bouddha accède au nirvana,
l'arbre au pied duquel il est allongé, se met à frémir.
Emblème de l'illumination spirituelle,
l'arbre a été parfois symbolisé sous la forme d'un parasol.
Avec ses racines plantées dans la terre et ses branches dirigées vers le ciel,
l'arbre incarne au même titre que l'homme "l'être des deux mondes"
et la création qui unit le bas et le haut.
Il faut aussi signaler le symbole particulier de l'arbre inversé
qui pointe ses racines vers le ciel et déploie sa ramure sur la terre,
que l'on trouve dans les plus vieux textes de l'Inde.
L'arbre indique dans ce cas l'origine céleste de l'homme et
l'invite en se libérant de ses attaches terrestres,
à redécouvrir en lui,
derrière le voile de l'illusion,
ce ciel intérieur.


Le lotus
Dans les pays du sud de la Méditerranée comme en Asie,
le lotus a une valeur égale à celle de la rose ou
du lys en Europe.
Selon la mythologie hindoue, le créateur du monde,
Brahma, était né d'une fleur de lotus,
qui avait elle-même poussé sur le nombril de Vishnou
alors que celui-ci dormait sur l'eau.
Le maître qui a introduit le bouddhisme au Tibet (VIIIè siècle) porte le nom de Padmasambhava,
"celui qui naquit du Lotus".
Selon la légende, à chaque pas que Bouddha faisait lorsqu'il était enfant,
une fleur de lotus surgissait à ses pieds.
Outre le pouvoir de création et la compassion, le lotus symbolise la connaissance qui,
au fur et à mesure es réincarnations,
permet d'atteindre le Nirvana.
Dans la tradition bouddhique, cette plante est un symbole de l'aspiration à la pureté.
De même que le lotus prend racine dans le limon et s'épanouit au soleil,
tout être humain peut accéder à l'éveil,
quelle que soit sa condition.
Dans l'iconographie bouddhique,
Bouddha et les bodhisattva sont fréquemment représentés assis sur un lotus,
posture qui symbolise l'atteinte de l'illumination.
Dans la pratique du yoga,
la maîtrise et la régulation des courants d'énergie corporelle
qui nous irriguent est comparée à l'éclosion d'une fleur de lotus
sur le sommet de la tête.
On peut aussi donner une interprétation psychanalytique des pratiques du tantrisme,
en considérant qu'il s'agit de la vision spirituelle
d'une union sexuelle entre la fleur et l'énergie masculine.


L’eau et la lumière
En hommage à Bouddha, lumière infinie,
les fidèles déposent des bougies sur les autels.
La lumière est à la fois le chemin et le terme du chemin,
celle qui éclaire notre vision du monde et la réelle nature de l'éveil.
Egalement objet d'offrandes,
l'eau symbolise l'attente de la guérison et de la satisfaction des voeux.
Dans le bouddhisme Zen,
elle est support et symbole de la méditation:
la pureté et la sérénité auxquelles l'eau permet d'accéder
sont souvent illustrées par un lac immobile.


Le lion
Né dans un contexte rural,
le bouddhisme ne pouvait manquer de faire référence à des images animalières.
Le lion, symbole de la puissance,
a ainsi été longtemps associé aux différentes images de Bouddha,
sous forme de trône.
Par la suite, il devient la monture réservée
de certaines divinités bouddhiques.
Au Japon, connu sous le nom de chien de Bouddha,
le lion a souvent pour fonction de garder l'entrée des temples.
L'astrologie lie la constellation du lion au soleil.
Cette assimilation se fonde en premier lieu sur la force de l'animal,
sur la couleur brun-roux de son pelage,
et enfin sur la crinière du lion,
qui semble rayonner.
Selon E. AEPPLI, quand le lion apparaît dans un rêve
"en dressant son imposante tête animale et masculine,
il impressionne à ce point le rêveur que ce dernier prend conscience de porter en lui
une pulsion d'une grande violence et longtemps refoulée qui,
sous la forme d'une énergie sauvage et débridée
ne demande à présent qu'à se manifester.
Cette énergie une fois libérée,
il sera en mesure de contrôler ses pulsions".



Les nagas
On constate que, dans de nombreuses cultures,
le serpent symbolise les enfers ou le royaume des morts,
probablement à cause de son mode de vie caché dans les replis de la terre,
mais aussi en raison de sa faculté apparente à se rajeunir lors de la mue
qui introduit l'idée de renaissance.
Animaux privilégiés de la mythologie indienne
en tant que "gardien des trésors de la terre"
et objets d'une véritable vénération,
les naga, à mi-chemin du dragon et du serpent,
sont très vite intégrés dans la religion bouddhique.
A leur tête, se trouvent les nagaraja (ou rois des serpents) auxquels est assignée,
comme aux lions, la fonction de gardiens des temples.
Ils servent aussi d'ornementation pour symboliser
le passage d'un lieu à un autre.


Les offrandes
Les offrandes, déposées sur les autels des temples
ou au pied des monuments funéraires,
représentent l'une des formes de dévotion les plus courantes,
au même titre que les dons aux monastères et l'écoute des sermons publics.
Il s'agit généralement d'encens, de bougies ou de fleurs,
qui symbolisent le parfum et la lumière émanant de Bouddha lui-même.
Les fidèles complètent leurs offrandes par des prières
et des inclinations devant les images sacrées.


Les chapelets et les moulins
Le mala et le moulin à prières accompagnent nombre de bouddhistes dans leurs dévotions.
Composé de 108 perles,
le mala permet au fidèle de compter le nombre de fois
où il prononce le nom de Bouddha ou une syllabe sacrée comme les mantras.
Le moulin à prières contient une bande de papier sur laquelle
sont imprimés les mantras que le fidèle répète inlassablement,
à chaque tour du manche.
Le moulin à prières est surtout utilisé au Tibet.


©️ Paroles d’Images & Encyclopédie des symboles
©️ "Le voyage au centre du soi" Patrick Mandala
avatar
Isa_vhada
5 étoiles
5 étoiles

Nombre de messages : 488
Date d'inscription : 25/10/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Mandalas

Message  Chandelle le Jeu 15 Jan - 18:52

avatar
Chandelle
1 étoile
1 étoile

Nombre de messages : 25
Age : 47
Date d'inscription : 25/10/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Mandalas, Miroirs de la Paix

Message  Chandelle le Jeu 15 Jan - 18:58



Bonjour à tous,

Des jolis Mandalas avec musique


Lucie
avatar
Chandelle
1 étoile
1 étoile

Nombre de messages : 25
Age : 47
Date d'inscription : 25/10/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Mandalas, Miroirs de la Paix

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 :: SYMBOLISME :: Divers

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum